Lire la suite Santé et bien-être

Les chiens guides, aidants naturels des jeunes malvoyants

Posted on April 26th, 2018

Lorsqu’une personne est sérieusement malvoyante ou aveugle, il existe quelques options afin de lui permettre de se déplacer en toute sécurité. La première est bien entendu la canne blanche qui lui permet de détecter les obstacles qui l’entourent. Une autre option est le chien guide, un compagnon canin qui la guide en toute sécurité partout où elle a besoin de se rendre.

 

Les chiens guides sont essentiels à leurs partenaires humains, et nous tenions à souligner leur important travail dans le cadre de la Journée internationale des chiens guides.

 

Nous avons donc décidé de profiter de cette journée pour souligner le travail accompli par les programmes de chiens guides. Des organismes comme la Fondation Mira ont tous une chose en commun : les jeunes malvoyants sont admissibles à un de leur chien guide.

 

Nous avons aussi eu la chance de discuter avec la Fondation Mira au sujet de leur programme de dressage de chiens guides pour les jeunes.

 

À propos de l’organisation.

La Fondation Mira est la première école de chiens guides au Canada et la première école francophone en Amérique du Nord. L’un des aspects unique et merveilleux de la Fondation MIRA est son programme de dressage de chiens guides destinés aux jeunes. Mira est la première organisation en son genre au monde à remettre des chiens guides à des jeunes de moins de 15 ans. Chez Mira, les jeunes deviennent admissibles à un chien guide dès l’âge de 11 ans.

 

Combien de jeunes font appel à votre programme de chiens guides chaque année ?

Dans le cadre de notre programme de chiens guides, nous donnons environ 40 chiens à des jeunes qui doivent suivre une formation d’une durée de six mois.

 

Vous arrive-t-il d’hésiter à donner un chien ?

Ça dépend de la situation : soit c’est un jeune qui vient de perdre la vue ou c’est un jeune qui est né aveugle.

Il faut souvent beaucoup de temps pour apprendre à vivre avec la cécité et certains jeunes peuvent hésiter à avoir recours à un chien guide alors qu’ils apprennent encore à s’orienter en compagnie d’un spécialiste de la mobilité.

D’autres jeunes sont ravis et motivés à l’idée d’avoir un chien guide et attendent ce jour depuis longtemps ; ils ont très hâte de rencontrer leur nouveau partenaire et meilleur ami.

 

Comment jumelle-t-on un chien à son partenaire humain ?

Depuis ses débuts, la Fondation Mira a établi un partenariat avec l’Institut Nazareth et Louis-Braille afin de mieux comprendre comment les personnes aveugles se déplacent avec un chien et quelles aptitudes elles doivent développer. Le spécialiste en orientation et en mobilité est là pour enseigner aux personnes malvoyantes à se déplacer de manière sécuritaire.

On pourrait dire que Mira prépare le chien et que l’Institut prépare le bénéficiaire. Lorsque le chien et le bénéficiaire sont tous les deux prêts, nous pouvons les jumeler.

  1. La personne sera évaluée pendant environ 2 jours à la Fondation Mira afin de déterminer sa pathologie, ses besoins et déplacements au quotidien, son environnement de vie, les différentes manières dont le chien pourra contribuer, etc.
  2. Classe d’attribution : une fois le bénéficiaire accepté pour recevoir un chien Mira, il devra suivre une formation d’attribution de groupe de 4 semaines absolument gratuite, incluant l’hébergement. Durant cette période, l’objectif est de trouver le chien qui convient le mieux à chaque bénéficiaire en fonction des résultats de l’évaluation préliminaire et des observations effectuées au début de cette classe.
  3. Suivi à la maison : à la fin de la classe d’attribution, un dresseur de chiens professionnel et un spécialiste en mobilité et en orientation s’assureront que le bénéficiaire applique ce qu’il a appris durant la classe. Ils feront des exercices de circulation en compagnie du chien dans la demeure du bénéficiaire.

 

Après cela, le dresseur de chiens professionnel sera là pour aider le bénéficiaire s’il éprouve quelque difficulté que ce soit avec son animal, incluant toute préoccupation concernant son comportement ou ses soins de santé. La Fondation Mira assure un suivi annuel pour toute la durée de vie du chien.

 

À quel point est-ce difficile pour un jeune d’apprendre à marcher avec un chien comparativement à une canne blanche ?

Il faut apprendre à faire confiance au chien et à le laisser nous guider. Les chiens guides doivent apprendre à reconnaître des commandes verbales et des signes de la main.

Tous deux nécessitent une excellente orientation et des aptitudes en mobilité.

Choisir entre l’un ou l’autre est très personnel ; les deux solutions permettent d’être libre et indépendant, et les deux ont des avantages et des inconvénients.

Certaines personnes détestent la canne parce qu’ils passent leur temps à se cogner sur des gens ou des objets, tandis que d’autres n’ont tout simplement pas le temps de prendre soin d’un chien.

 

Arrive-t-il qu’un jeune qui participe au programme de formation décide qu’un chien guide n’est pas la solution pour lui ?

Les gens qui viennent vers nous ont déjà fait le choix d’avoir recours à un chien guide. Les personnes qui n’ont pas les moyens ou le temps de prendre soin d’un chien ne considéreront même pas cette option et choisiront la canne.

 

Est-il difficile pour un chien guide de travailler dans un environnement scolaire ?
Il faut informer tout le monde à l’école qu’un chien guide viendra y travailler et il faut bien entendu vérifier s’il y a des allergies aux chiens dans la classe. Dans la plupart des cas, les chiens guides n’ont aucune difficulté à travailler en milieu scolaire et les collègues de classe des jeunes bénéficiaires ont ainsi la chance d’apprendre comment se comporter avec ces chiens de travail.

Selon votre expérience, est-il plus difficile pour les jeunes ou pour les adultes de se séparer de leur partenaire guide lorsque vient le temps pour l’animal de prendre sa retraite ? Arrive-t-il qu’une famille les adopte afin de ne pas perdre le contact ?

Il n’y a pas de différence entre les jeunes et les adultes. C’est difficile pour tout le monde, car il s’est créé un important attachement affectif à leur animal. Lorsque le chien prend sa retraite, il peut être adopté par un membre de la famille rapprochée du bénéficiaire. Si le bénéficiaire choisit de continuer à utiliser un chien guide, il doit se départir de son chien précédent afin de pouvoir créer un lien avec son nouveau chien guide.

 

Quelle est selon vous la chose la plus importante que les passants doivent garder à l’esprit lorsqu’ils voient un chien guide au travail ?

Vous devez demander la permission au maître avant de flatter son animal. Et avant de demander, il est important de vérifier si le chien porte un harnais. S’il porte un harnais, il ne faut pas flatter ou parler au chien, car il est en train de travailler ; merci de ne jamais flatter ni parler à un chien lorsqu’il porte son harnais.

 

Pour plus d’informations au sujet de la Fondation Mira et des autres services de chiens aidants qu’elle offre, visitez son site Web.